Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : www.planete-golf.com
  • www.planete-golf.com
  • : Blog consacré aux choses du Golf et aux golfeurs(euses). Soyez les bienvenus!
  • Contact

Texte libre

compteur pour blog

Recherche

Archives

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 12:43

Données documentaires de 2006 => 2008 :

Longtemps accusés par le grand public de gaspilleurs d’eau dès que s’annonçait une période de sécheresse, les golfs français commencent à voir peu à peu cette tendance s’inverser. Les récents reportages vus, lus et entendus dans la presse depuis la signature de la «Charte sur l’eau » en témoignent... Fini le temps des attaques et des chiffres erronés sur la consommation d’eau de nos parcours. Place désormais à une image plus en rapport avec les nombreux efforts entrepris par les golfs pour respecter l’environnement.

Du fait de l’hiver très sec qui n’avait pas permis la recharge des nappes phréatiques, la Ministre de l’Ecologie, Nelly Olin, avait lancé dès le mois de janvier un appel à la mobilisation pour les économies d’eau auprès de tous les citoyens. « L’ensemble des acteurs sont concernés, qu’ils soient industriels, collectivités locales, particuliers, agriculteurs ou bien sûr responsables de golfs, tous peuvent réaliser des économies sur leur consommation d ’eau. On ne pourrait trouver ici meilleure application du proverbe selon lequel : les petits ruisseaux font les grandes rivières ».

Et des économies, les golfs, pour lesquels la gestion de l’eau est une des premières préoccupations, se sont engagés à en faire comme en témoignent la signature de la «Charte sur l’eau » le 2 mars dernier avec les Ministères de l'Ecologie et des Sports.Une baisse de 30% du volume de consommation d ’eau sur les trois prochaines années, tel est l’objectif affiché et tout à fait réaliste pour les golfs français. Rien d’étonnant puisque certains n’ont pas attendu la signature de la charte pour faire de la gestion de l’eau une de leurs priorités. C’est le cas notamment du Golf de Joyenval. «Nous avons investi, par souci écologique et économique, près de 200 000 euros pour réduire notre volume de consommation d’eau depuis 2002. Aujourd’hui, cela a considérablement porté ses fruits puisque nous évaluons notre économie à plus de 20%», affirme Antoine Ferrand, Directeur du Golf.

Une campagne de communication qui porte ses fruits...
Consciente de pouvoir s’appuyer sur des golfs exemplaires et soucieux de la maîtrise de la ressource en eau et sur la charte des «bonnes conduites », la Fédération Française de Golf, en étroite relation avec l’ensemble des acteurs du monde golfique, a lancé une campagne de communication auprès des médias nationaux. Objectif :modifier l’image contrastée des golfs français accusés à tort de tous les maux et gaspillages. «Nous bénéficions grâce à la «Charte sur l’eau » et notre rapprochement des pouvoirs publics de tous les arguments pour convaincre les médias nationaux de la bonne conduite de nos golfs », souligne Jérôme Paris, Président de la Commission Environnement et Développement Durable, avant d’ajouter : «Cette campagne a été très positive et contribue à modifier l’image des golfs auprès du grand public en étant totalement transparent sur nos pratiques ».

Contrairement à une idée reçue, les quelques 550 golfs Français du territoire Métropolitain ne sont pas, au plan national les plus gros consommateurs d'eau, cependant certains le sont au niveau "local".

 De plus, 10% sont situés sur des réseaux d'alimentation en eau potable. Une eau potable qui est une priorité pour Nelly Olin. Le 2 mars dernier, la ministre a signé une charte de bonnes pratiques pour la gestion de l'eau avec la Fédération française de golf et les associations de golf privées et publiques. Objectif : réduire de 30% en trois ans la consommation en eau potable des golfs, ceux situés en région Poitou-Charente, très touchée par la sécheresse, étant même soumis à cet impératif quelle que soit la source d'approvisionnement de l'eau utilisée. Dès les premières mesures de restriction, les fairways – qui représentent 60% de la consommation – ne seront plus arrosés, les greens, plus fragiles, continueront à l'être. Des économies peuvent être réalisées en optimisant l'implantation des arroseurs, en irriguant la nuit, en choisissant une végétation moins gourmande, en utilisant les eaux pluviales, etc. La charte prévoit en outre de préserver la qualité de l'eau, en contrôlant mieux l'usage des produits phytosanitaires. « Il n'y a pas eu de réticence, constate Grégory Boinel, de la Direction de l'eau. Nous sommes dans une bonne dynamique. »


Répartition de l'origine de l'eau d'irrigation des golfs

- Installations propres au golf 53 % (dont forages eaux souterraines 20 %)
- retenues - lacs 19 %
- rivières 14 %


"Y aura t-il de l'eau pour tous ?" demandait Nelly Olin. Les golfs français s'y sont engagés concrètement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Golfeur - dans planete-golf
commenter cet article

commentaires

L'irlandaise 12/04/2009 18:38

ouh la !  oui, c'est vrai en france, mais les golf dans le desert aux USA et en arabie saoudite, notamment, sont reputé pour être anti-ecologique ( forcément ) donc cela ne peut se concevoir qu'en pays tempéré... helas...

l'idiot 09/04/2009 16:45

l'effort final visant à être autosuffisant, je trouve que l'exemple est bon à suivre